• Un spectacle chorĂ©graphique Ă©poustouiflant pour redĂ©couvrir sous un autre regard les collections d'Art ancien du musee du Louvre
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Au bord...

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© Jean-Louis Fernandez
Du 19/04/2007
au 28/04/2007

Mardi, vendredi, samedi Ă  20h30, mercredi, jeudi Ă  19h30.
La Croix-Rousse
Place Joannès-Ambre
69004 LYON
Réservations :
04 72 07 49 49
Site Internet
... de la crise de nerfs ?... de la folie ?... de la mort ? De tout cela, oui. C’est "au bord" de tout cela que se trouvent les personnages de Maupassant mis en scène par Richard Brunel. Quatre nouvelles du maĂ®tre du genre, rĂ©digĂ©es entre 1884 et 1889, sont transposĂ©es sur les planches : Madame Hermet, Suicides, Un Parricide et Un Fou. Leur lien : la mort. C’est elle qui assure les transitions. Ainsi passe-t-on de l’histoire de Madame Hermet, monstrueuse mère, qui, par crainte de la contagion, assiste de loin Ă  la mort de son fils, atteint de la petite vĂ©role, Ă  l’histoire d’un dĂ©sespĂ©rĂ© dont le suicide est expliquĂ© par une longue lettre. Ainsi laisse-t-on le dĂ©sespĂ©rĂ© Ă©tendu au sol pour suivre avec intĂ©rĂŞt la narration de la vengeance de la "parricide" : abandonnĂ©e Ă  la naissance par ses parents, couple illĂ©gitime, elle les retrouve Ă  l’âge adulte et les punit pour le mensonge qui a brisĂ© sa vie. Enfin, après avoir compati avec cette criminelle (eh oui ! on peut tomber en empathie avec un meurtrier chez Maupassant !), on en observe une seconde : une femme juge, schizophrène, devenue meurtrière par fascination pour le crime. VoilĂ  ce que dĂ©peint Maupassant : une sociĂ©tĂ© oĂą le plus fou n’est pas forcĂ©ment celui qu’on croit, oĂą la justice est exercĂ©e par les criminels et oĂą l’innocence est bafouĂ©e. Une sociĂ©tĂ© aux mœurs perverties, oĂą la mort plane constamment au-dessus des ĂŞtres.

Mais "la musique adoucit les mœurs", c’est bien connu. Ici, c’est le quatuor Debussy et la harpiste, Christine Icart, qui se voient attribuer cette responsabilitĂ©. Ensemble, ils interprètent Caplet, Debussy (Ă©videmment), Lekeu, Ravel, Tournier... et attĂ©nuent l’ariditĂ© du texte. Quoique... C’est parfois la tension des mots de Maupassant que la partition met en valeur. Telle la bande-son d’un film d’Hitchcock, la musique jouĂ©e par le quatuor (ou plutĂ´t le quintet) souligne alors la noirceur de l’atmosphère et annonce la tragĂ©die qui pointe derrière le moindre propos. TantĂ´t ambiance sonore, tantĂ´t personnage central, la musique est un des principaux attraits du spectacle. Jointe Ă  une scĂ©nographie qui fait ressortir la froideur du monde dĂ©crit, elle nous plonge vĂ©ritablement au cœur de celui-ci. Entre rideau de lames plastiques (Ă©voquant le lieu de travail du boucher), vĂŞtements (sus)pendus, brouette de mĂ©dicaments et lumières glaciales, les comĂ©diens Ă©voluent sans perturber les musiciens et nous restituent le texte avec justesse. L’ensemble acquiert une parfaite harmonie. BercĂ©s par la musique, le texte et l’odeur de l’encens (de Madame Hermet), nous nous laissons porter dans le noir univers de Maupassant.
Mis à jour le 26/04/2007
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE