• Il est trois heures du matin, Franck bougon termine de ranger le bar et 
s'apprĂŞte Ă  fermer l'Ă©tablissement, quand surgit une jeune fille. C'est 
vrai il pleut très fort dehors et il tonne même. Mais bon il est trois 
heures du matin !!
  • Un an après leur rupture, Alice dĂ©barque Ă  trois heures du matin, chez Hugo !! Elle qui croyait Ă  l’amour Ă©ternel, pur, absolu, lui plus terre Ă  terre, rĂ©aliste, peut-ĂŞtre moins envie de « s’installer ».
  • Encore ! Allez-vous me crier dans les oreilles. Ben oui, encore, mais lĂ  c’est un misanthrope pas commun. D’abord cela se passe de nos jours. Ils ont tous des tĂ©lĂ©phones portables. Rien ne choque, tout est plausible. VoilĂ  l’extraordinaire talent de Molière.
  • Et nous voilĂ  embarquĂ©s dans une sĂ©rie d'Ă©vènements avec les spectateurs comme principaux
  • HystĂ©ries est une sĂ©rie de saynètes sur la rupture, l’amour, la trahison et mĂŞme le meurtre .


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Cette frasque pédagico-artistique est un plaisir des oreilles, des yeux. Et du cerveau aussi.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Le 14/11/2021
La Cigale
120 Blvd Marguerite de Rochechouart
75018 PARIS
Réservations :
01 49 25 89 99
Site Internet
Hector Obalk aurait vraiment pu être un vieux con. Il était bien parti pour. Le problème est qu’il a eu l’excellente idée de transmettre sa passion pour l’art pictural sur scène et que cela a marché. Du coup, il est parvenu à ériger sa manière bougonne de traverser l’histoire de l’art en style éclairé. Derrière lui, sur un immense mur d’images, des siècles nous contemplent, et de Botticelli à Van Gogh, du Caravage à Dali, Obalk scrute les imperfections, s’étonne de ce que l’on ne voit pas quand on regarde, laisse traîner son œil partout, et emmène le nôtre dans le même mouvement. Parfois, on lui en voudrait presque de ne pas laisser son âme d’esthète divaguer, car Obalk n’est pas homme à se laisser émouvoir devant le public. Lui, il décrypte, il distingue le beau du laid, le sublime de l’imposture. On apprend à son contact. On considère. On soupèse. Histoire de la peinture en moins de deux heures n’est pas un spectacle où l’on se laisse aller à notre lyrisme. Bien au contraire. Cette frasque pédagico-artistique est un plaisir des oreilles, des yeux. Et du cerveau aussi.
Mis à jour le 30/12/2021
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE