• Un spectacle chorĂ©graphique Ă©poustouiflant pour redĂ©couvrir sous un autre regard les collections d'Art ancien du musee du Louvre
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




La finance sur les planches

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 04/02/2014
au 06/02/2014

Hexagone Scène Nationale
24 rue des Aiguinards
38242 MEYLAN
Réservations :
04 76 90 09 80
Site Internet
C'est au monde de la finance que Bruno Meyssat s'attaque dans 15%. Il évoque explicitement la crise des Subprimes aux Etats-Unis, qui entraîna la chute de la banque Lehman Brothers, la dévalorisation de milliers de biens immobiliers, la ruine de nombreuses familles, puis le vacillement du système financier. Mais plutôt que de bâtir une fiction narrative, le metteur en scène lyonnais, accompagné de sa troupe, Théâtres du Shaman, préfère évoquer l’univers impitoyable des traders à coup de métaphores visuelles : Des hommes en costume/cravate réduits à se comporter en animaux, mangeant à quatre pattes des feuilles de papier lacérées. Une tente évoquant la déchéance certaine de celui qui sort ruiné du système. Des tondeuses qui broient tout sur leur passage. Des casques de football américain pour tout le monde lorsqu’il s’agit de survivre dans ce milieu hostile.

Tout cela prend place sur une immense scène où s’amoncellent des objets hétéroclites : écrans d’ordinateurs, figurine d’Homer Simpson (symbole des USA bien sûr), miroir suspendu, lambeaux de vêtements... L’ensemble peut paraître désordonné au début, mais chaque objet trouve, à un moment ou à un autre, sa place dans la démonstration.

C’est essentiellement la violence de notre système capitaliste, où tout est fondé sur la finance, qui ressort de la pièce. Les sept comédiens, six hommes et une femme, incarnant vraisemblablement des financiers, ressemblent à des pantins lancés dans la jungle. Tous leurs mouvements, toutes leurs confrontations sont à la fois mécaniques et heurtés. Il en ressort une véritable inhumanité. Le fond sonore, brutal lui aussi, et l’atmosphère lumineuse agressive, blanche et crue, accentue cette impression d’être face à un monde déshumanisé, dont les protagonistes n’ont ni individualité ni états d’âme. L’enchaînement de nombreuses scènes métaphoriques nous fait ainsi bien comprendre le propos, mais nous laisse malheureusement froids. L’expérimentation théâtrale est intéressante, cependant elle ne peut susciter l’empathie et par là même l’émotion. Voilà donc un spectacle très réussi visuellement, très cérébral, dont on se "distancie"... trop.
Mis à jour le 06/02/2014
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE