• Il est trois heures du matin, Franck bougon termine de ranger le bar et 
s'apprête à fermer l'établissement, quand surgit une jeune fille. C'est 
vrai il pleut très fort dehors et il tonne même. Mais bon il est trois 
heures du matin !!
  • Un an après leur rupture, Alice débarque à trois heures du matin, chez Hugo !! Elle qui croyait à l’amour éternel, pur, absolu, lui plus terre à terre, réaliste, peut-être moins envie de « s’installer ».
  • Encore ! Allez-vous me crier dans les oreilles. Ben oui, encore, mais là c’est un misanthrope pas commun. D’abord cela se passe de nos jours. Ils ont tous des téléphones portables. Rien ne choque, tout est plausible. Voilà l’extraordinaire talent de Molière.
  • Et nous voilà embarqués dans une série d'évènements avec les spectateurs comme principaux
  • Hystéries est une série de saynètes sur la rupture, l’amour, la trahison et même le meurtre .


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




L'ONU, ses casques bleus, ses missions humanitaires... Un organisme ultra connu avec ses parts de mystère... Ce spectacle musical révèle intrigues et enquête judiciaire au sein d'une mission humanitaire de l'organisme au Congo.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 25/08/2012
au 07/10/2012

Du mercredi au samedi à 21h30, dimanche à 17h30.
Vingtième Théâtre
7 Rue des Platrières
75020 PARIS
Réservations :
01 48 65 97 90
commander_100x30_02.gif
Site Internet
Roberto Garcia Saez a été jusqu'en 2007 coordinateur principal du Fonds mondial au sein du Programme des Nations Unies pour le développement à Kinshasa, son dernier poste en tant que fonctionnaire international. Aujourd'hui, directeur de sa société de conseils pour l'ONU et de l'organisation Humanshow.biz, il connaît bien les méandres des Nations Unies. A tel point qu'il écrit un roman ONU soit qui mal y pense qui narre des événements vécus sous la forme d'un polar humanitaire. Il rencontre Benoît Guibert qui écrit cette adaptation théâtrale et musicale, aujourd'hui présentée au Vingtième Théâtre.

Accoudé au bar de sa cantine de prédilection, l'Australian Pub de Bangkok, Patrick Romero, diplomate humanitaire, ressasse ses aventures et ses déconvenues en Afrique, notamment au Congo. Fortement alcoolisé et dépressif, il voit défiler dans la réalité sa femme Isabella tentant de le consoler, la barmaid et le pianiste de bar, mais aussi, dans un rêve éveillé, les personnages rencontrés lors de sa mission africaine : Ismaël Diallo, le résident de l'ONU à Kinshasa, un journaliste, une hôtesse de l'air, un bonimenteur, des collègues, sa collègue et amie Carlotta, Bonaventure, son ami d'enfance africain un brin fantôme qui livre le récit de cette histoire... sans oublier le terrible flic de Scotland Yard, Paul Harrisson qui s'emploiera à cuisiner Roméro au cours de deux interrogatoires serrés car il traque la corruption dans l'humanitaire. Une enquête est lancée...

Dans les paroles de Romero, c'est une bonne partie de l'histoire de Roberto Garcia Saez, qui est évoquée, avec son œil acéré. Les spectateurs sont plongés dans une situation ironique : "l'Onu est là mais l'Africain ne la voit pas", subtile critique des missions de l'ONU. Plus loin, s'ensuit un vibrant plaidoyer pour le Congo qui est laissé à l'abandon. La critique des Nations Unies apparaît là encore avec l'image des humanitaires comparés à des explorateurs perdus au sein de l'ONU et de ses paperasses sans fin...

Toute la difficulté était de partir d'un roman étoffé mêlant histoire vraie et fiction et d'en faire une comédie ! Le choix d'un lieu unique, le bar "Australian Pub" de Bangkok, port d'attache du héros, ancre l'histoire et lui confère une ambiance particulière. Ce qui est moins facile, c'est de faire vivre le roman initial en faisant défiler, via un nombre restreint de comédiens, des personnages importants qui viennent ajouter leur grain de sel, sur fond d'une enquête policière. Le spectateur, s'il ne connaît pas l'histoire initiale, certes originale, est un brin perdu dans ce défilé d'intrigues et de personnages hauts en couleur, avec des séquences de danse, chant et claquettes ( très réussies).

Il en résulte une mise en scène un peu brouillonne, avec quelques lenteurs, pouvant déconcerter des spectateurs. Cela n'altère pas le talent des comédiens, leur implication dans la pièce et le texte, trop dense, avec quelques passages amusants. A découvrir...
Mis à jour le 29/09/2012
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
logo120_50_logo_fnac.gif
PUBLICITE