• Un spectacle chorĂ©graphique Ă©poustouiflant pour redĂ©couvrir sous un autre regard les collections d'Art ancien du musee du Louvre
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




"Music-Halles"

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 02/05/2012
au 15/05/2012

La Croix-Rousse
Place Joannès-Ambre
69004 LYON
Réservations :
04 72 07 49 49
Site Internet
Comment vous prĂ©senter et, surtout, comment vous donner absolument envie d’aller voir Mesdames de la Halle ? Ce spectacle, loin d’être un simple opĂ©ra bouffe, ne se rĂ©sume pas. A la croisĂ©e du théâtre, du music hall, du cirque, de la vidĂ©o et de l’opĂ©ra, il s’offre comme un beau et grand divertissement. A la base : l’opĂ©rette bouffe d’Offenbach Mesdames de la Halle dont le livret est Ă©crit par Armand Lapointe. L’intrigue est celle d’une comĂ©die poissarde dans la pure tradition : disputes entre "poissardes" (c’est-Ă -dire les employĂ©es des halles, poissonnières, maraĂ®chères, fleuristes...), amours non partagĂ©es, prĂ©tendants intĂ©ressĂ©s, malentendus, trahisons et scènes de reconnaissance tirĂ©es par les cheveux. C’est du grand n’importe quoi ; le burlesque s’en donne Ă  cœur joie (il n’y a qu’à voir les noms des hĂ©roĂŻnes du marchĂ© : madame Madou, madame Beurrefondu, madame PoiretapĂ©e) ; le rire est sur les lèvres des spectateurs, petits et grands, du dĂ©but Ă  la fin.

La bonne idée de Jean Lacornerie est de ne pas s’en être tenu à cette histoire et à la musique d’Offenbach. Les ajouts pourraient être de trop car cette opérette possède une structure et une unité de ton ; il n’en est rien. Ainsi un superbe prologue vient-il nous présenter ces halles, à grand renfort de chiffres et de définitions précises des métiers de l’époque : l’ouverture de ces halles eut lieu au milieu du XIXe siècle. Sophie Lenoir et Jacques Verzier brillent alors en maîtres de cérémonie. Ils commentent en paroles et en chansons les diapositives documentaires, avec une pointe d’humour savamment dosée. On les retrouve ensuite, fils conducteurs du spectacle, incarnant tel ou tel personnage dans une scène, commentant l’action dans une autre ou encore réalisant le doublage de quelques séquences muettes mémorables.

Nous aimerions également vous dire un mot des costumes extrêmement drôles et originaux (signés Robin Chemin), de l’incarnation des poissardes par des comédiens, accentuant la parodie, de la musique superbement interprétée par les jeunes musiciens du Studio de l’Opéra de Lyon (dirigés par Jean-Paul Fouchécourt). Nous voudrions vous décrire le décor magnifique de Bruno de Lavenère, reposant sur un simple empilement de palettes, peu à peu dévoilé à mesure que s’ouvre le rideau en voile noir transparent. Mais, à l’instar de la belle mise en scène orchestrée par le nouveau directeur du théâtre de la Croix Rousse, ne vous "dévoilons" justement pas toutes les surprises de cette pièce dynamique, enjouée et inventive. C’est le genre de spectacle où l’entrain des acteurs et des musiciens est communicatif ; il ne se raconte pas, il se vit.
Mis à jour le 08/05/2012
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE