• Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.
  • Théâtre de papier, d’objets et de marionnettes, de la Cie Les Ateliers du capricorne pour les enfants (Ă  partir de 7 ans), d'après les dessins de SempĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Laissez-vous guider par un hôte de charme et de talent, dans un univers de douce folie et de poésie : l’univers de Maupassant.

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 12/09/2011
au 26/03/2012

Lundi Ă  20h.
Théâtre Essaïon
6, rue Pierre-au-Lard
75004 PARIS
MĂ©tro HĂ´tel-de-ville ou Rambuteau
Tarif : 20€ / 10€
Réservations :
01 42 78 46 42
Site Internet
Le comédien, François Lis, arrive en trombe sur scène décoiffé et débraillé. Il s’excuse de son retard et pendant qu’il finit de se préparer sur scène, il commence à nous raconter l’histoire de sa famille, de son père et de ses deux grands frères. Il y a de quoi être interloqué, on s’attend à voir du Maupassant et un grand gars avec un accent du sud épouvantable se met à nous raconter sa vie dont on n'a que faire... Oui, mais ce gars en question commence à nous parler d’une malle, seul bien qu’il hérita de son père, et des journaux qu’elle contenait. Des journaux rares et d’une valeur bien plus grande encore que monétaire ; car ces journaux sont les premiers exemplaires des nouvelles de Guy de Maupassant parues au cours du XIXe siècle. Et il décide de nous les lire, ou plutôt de nous les raconter. Encore mieux, de les vivre devant nous, ces trois nouvelles, ces trois merveilles.

La première est La Patronne. L’histoire d’un jeune Breton logé à Paris par une femme forte de corps et de caractère qui mène son logis à la baguette. Même s’il s’entend bien avec la patronne, pas évident de ramener une fille dans sa chambre, surtout si la maitresse des lieux décide que son locataire est à son goût... Vous l’aurez compris : une histoire pleine de tendresse, de suspens et de tensions mais pas si déplaisantes que ça, les tensions. "Canaille, canaille !..."

Celle qui suit raconte l’histoire d’un charmeur charmée par une jeune, belle et fraiche veuve inconsolable sur la tombe de son défunt mari, mort au combat : Les Tombales. La demoiselle se trouvant mal, notre héros décide de la secourir et n’hésite pas à donner de sa personne. Une histoire drôle, tout en retenue et en finesse.

On termine avec La Chevelure ou l’histoire d’un homme devenu fou. Fou d’amour pour une tresse découverte dans un meuble déniché chez l’antiquaire. Il tombe fou amoureux de cette natte blonde, de son contact, de son parfum, de l’esprit de la femme à qui elle appartenait. Amoureux fou d’une morte, d’un fantôme...

Les textes de Maupassant, emprunts de tant de beauté, de poésie, d’humour et de passion, restent pourtant très simples dans l’écriture et sont accessibles à tous. Guy de Maupassant fut et demeure un très grand écrivain, ses nouvelles sont, à elles seules, de véritables bijoux. Aussi, mettre en scène un génie n’est jamais chose aisée, surtout quand, à la base, ça n’est pas du théâtre et qu’en plus, on est seul sur scène. Et bien, François Lis offre avec son seul en scène Le Mauvais Passant, un véritable hommage aux nouvelles de Maupassant.

Interprétant tour à tour tous les personnages, les enchaînant avec aisance et sincérité, il joue, il se joue de nous et nous embarque là où l’on ne s’y attend pas. Il fait preuve d’un grand talent d’acteur et d’une maitrise de la scène et du jeu de comédien.

Pas de chichis, ni de fioritures, quelques costumes simples mais diablement bien pensés et adaptés à chaque personnage ; en fond de scène une table, une chaise et une petite mallette contenant les postiches, moustache et barbichette, dont il se pare directement sur scène pour transformer son visage ; et l’ambiance des lumières. Voici les seuls accessoires dont use François Lis. Tout le reste, c’est lui qui le crée. Son corps, sa voix, sa gestuelle s’adaptent aux situations, aux personnages, aux nouvelles et, tel un film, tout devient clair devant nos yeux, on suit l’histoire et on se laisse prendre sans s’en rendre compte. Il nous fait sourire ; nous fait rire ; nous charme ; nous prend, nous public, directement à parti. Très complice, il nous capte du début à la fin, et surtout, il nous émeut, jusqu’à nous faire pleurer.

François Lis est un comédien plein d’énergie même s'il doit veiller toutefois à son débit, car en parlant trop vite, on perd certains mots et la compréhension en est altérée et moins agréable. Ce phénomène est accentué par les accents très marqués.

En tout cas, François Lis joue avec son public, véritablement ! N’hésitant pas à l’embrasser ou le faire monter sur scène. Que l’on soit prévenu : si vous voulez passer incognito, mieux vaut ne pas se placer au premier rang.

Bref, voici un seul en scène magnifique. Une heure de poésie et d’émotion à voir pour (re)découvrir Maupassant. A la sortie, on n’a envie que d’une chose, c’est de replonger dans les nouvelles fantastiques de cet auteur de génie.
Mis à jour le 03/01/2012
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE