• Il est trois heures du matin, Franck bougon termine de ranger le bar et 
s'apprĂŞte Ă  fermer l'Ă©tablissement, quand surgit une jeune fille. C'est 
vrai il pleut très fort dehors et il tonne même. Mais bon il est trois 
heures du matin !!
  • Un an après leur rupture, Alice dĂ©barque Ă  trois heures du matin, chez Hugo !! Elle qui croyait Ă  l’amour Ă©ternel, pur, absolu, lui plus terre Ă  terre, rĂ©aliste, peut-ĂŞtre moins envie de « s’installer ».
  • Encore ! Allez-vous me crier dans les oreilles. Ben oui, encore, mais lĂ  c’est un misanthrope pas commun. D’abord cela se passe de nos jours. Ils ont tous des tĂ©lĂ©phones portables. Rien ne choque, tout est plausible. VoilĂ  l’extraordinaire talent de Molière.
  • Et nous voilĂ  embarquĂ©s dans une sĂ©rie d'Ă©vènements avec les spectateurs comme principaux
  • HystĂ©ries est une sĂ©rie de saynètes sur la rupture, l’amour, la trahison et mĂŞme le meurtre .


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Beckett, l’homme et le discours

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 08/07/2011
au 31/07/2011

18h15 (relâche les 13, 20, 26 juillet).
Théâtre Au Bout là-bas (ex-La Poulie)
23, rue Noël Biret
84000 AVIGNON
Tarif : 13€ / 9€
Réservations :
06 99 24 82 06
On n’en finira sans doute jamais d’explorer les Ă©crits de Samuel Beckett, qu’il s’agisse de romans, de nouvelles ou de théâtre... Aux Ă©crits romanesques – mais peut-on vraiment employer ce dernier terme ? – l’adaptation au théâtre confère une autre dimension qui est donnĂ©e paradoxalement par l’annulation du personnage au profit du seul discours, quoique le personnage – mais qui est-il vraiment ? – soit toujours lĂ ... Ainsi en est-il avec ce Premier Amour oĂą le personnage, une sorte de clochard solitaire, petit cousin Ă  sa manière de Wladimir et Estragon, chassĂ© de chez lui après la mort de son père, errant dans les cimetières et menant une vie qui semble presque exclusivement vĂ©gĂ©tative, se souvient de sa rencontre avec Lulu/Anne, une prostituĂ©e qui venait le retrouver chaque soir sur le banc oĂą il avait Ă©lu domicile...

Peu de paroles échangées entre eux sur ce banc. Lulu/Anne lui propose de venir habiter chez elle, dans le logement où elle reçoit ses clients... Un jour, elle lui annonce qu’elle est enceinte de lui. Il restera avec elle jusqu’après la naissance de l’enfant. Les hurlements du nouveau né le poussent à partir, mais en vain, car ils vont le poursuivre éternellement, semble-t-il...

On n’en finit pas de s’interroger sur l’étrangeté de ce personnage, anonyme mais très présent, qui ne parle que pour mieux se dissimuler derrière son propre discours. Peut-être nous est-il trop semblable, au fond, pour nous demeurer longtemps étranger... Quoique son discours semble ne s’adresser à quiconque... à son ombre peut-être ?...

On pouvait penser que Jérôme Garnier, le comédien, était un peu jeune pour ce personnage. Mais non, car en réalité, ce dernier semble n’avoir pas d’âge. Pas vraiment. Sobrement mis en scène par Manon Allouch, il sait nous faire sentir à quel point une parole peut aussi exprimer une absence au monde...
Mis à jour le 17/07/2011
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE