• Un spectacle chorĂ©graphique Ă©poustouiflant pour redĂ©couvrir sous un autre regard les collections d'Art ancien du musee du Louvre
  • Trio endiablĂ© Ă  la manière d'un vaudeville, 
  • Une chanteuse provocante, trois musiciens dĂ©jantĂ©s, des textes drĂ´les et percutants, voilĂ  la recette de ce spectacle vivifiant et fantaisiste ! Ils puis en tournĂ©e en France.
  • Ne manquez pas ce spectacle Ă©bouriffant et drĂ´le qui tourne en rĂ©gion parisienne et en province !
  • ''<i>L’homme le plus aimĂ© des Français</i>'' revient parmi nous. Il nous raconte sa vie, affirmant que rien n’est dĂ©sespĂ©rĂ©.


Toutes les pieces de Moliere

Vos textes de théâtre en ligne
Notre sélection de spectacles
Vos petites annonces gratuites




Une orgie pour les grands et les petits

INFOS PRATIQUES
Affiche du spectacle
© X,dr
Du 22/04/2010
au 22/05/2010

Jeudi, vendredi et samedi.
Théâtre de Ménilmontant
15, rue du Retrait
75020 PARIS
MĂ©tro Gambetta
Réservations :
01 46 36 98 60
Site Internet
Finalement, heureusement que la Guerre de Troie a bien eu lieu ! Si le plus gros scandale matrimonial de l’Antiquité grecque (l’enlèvement d’Hélène par Pâris) ne s’était jamais produit, on serait passé à côté d’un des opéras bouffes les plus délicieux, les plus exotiques, les plus frais, les plus absurdes de l’histoire de la musique : La Belle Hélène.

Offenbach s’en donne Ă  cœur joie en ridiculisant la monarchie grecque. Et ce faisant, les mœurs du second empire en prennent un coup contre lequel notre Ă©poque contemporaine n’a guère non plus les armes pour rĂ©sister...

L’argument tient en une seule phrase : Pâris met tout en œuvre pour sĂ©duire la plus belle femme au monde, HĂ©lène, l’épouse du roi MĂ©nĂ©las. L’ingĂ©nieux prince troyen connaĂ®t tous les rouages du système. Trois possibilitĂ©s s’offrent Ă  lui pour emmener son entreprise de sĂ©duction Ă  bon port : l’amour, la force et la ruse. Et puisque celui-ci bĂ©nĂ©ficie en plus du soutien de la dĂ©esse VĂ©nus, on comprend rapidement que la cause est perdue d’avance pour MĂ©nĂ©las, le pou de la reine, euh, l’époux de la reine.

Le 22 avril 2010 avait lieu la première de La Belle Hélène interprétée par la troupe Les Scarabées Bleus. Un événement à double titre pour la compagnie, puisqu’il s’agit de leur toute première production. L’avantage d’une représentation lyrique est qu’il y a toujours quelque chose à se mettre sous la dent, grâce au chant, la musique, le théâtre, les costumes, les décors, les éléments chorégraphiques... Mais c’est aussi là son danger, surtout pour des interprètes jeunes : une lacune dans n’importe lequel de ces domaines, et c’est toute la pièce qui peut vaciller, couverte de ridicule. Pourtant, aucun risque de ce genre ici, car ce qui, au départ, aurait pu être juste un coup d’essai, s’est révélé être un coup de maître.

En effet, nulle dĂ©faillance dans ce spectacle qui a littĂ©ralement enchantĂ© le public ! Premier point fort : la mise en scène, inventive du dĂ©but Ă  la fin et dont la prĂ©cision permet aux 25 chanteurs et musiciens de s’en donner Ă  cœur joie. En outre, celle-ci s’adapte parfaitement aux dĂ©cors, qui nous rappellent qu’un budget important n’est pas la condition sine qua non pour obtenir des Ă©lĂ©ments scĂ©niques beaux (comme le lit en forme de cygne au deuxième acte) et efficaces.

Les chanteurs, et c’est peut-ĂŞtre lĂ  la plus belle surprise, ont autant de facilitĂ©s dans le chant que dans le jeu théâtral. Ici – en dehors des rares moments oĂą le chœur trop enthousiaste couvre quelque peu la voix des solistes – pas besoin de sous-titres ou d’avoir le livret sous les yeux pour comprendre ce qui est "dit" en "chantant". Christel Delattre, en HĂ©lène nymphomane s’amuse beaucoup dans son rĂ´le, et amuse tout autant les spectateurs. Franck Giraud a Ă  sa disposition toute une panoplie de mimiques adĂ©quates pour jouer un roi jaloux et crĂ©tin. Nicolas Rether en Pâris n’est pas une bĂŞte de scène de la mĂŞme ampleur que ses deux compères grecs. Mais comme il est directement envoyĂ© des dieux, sa voix angĂ©lique de tĂ©nor lĂ©ger est largement suffisante pour camper son personnage.

La musicalité et l’écoute de la pianiste Bertille Monsellier (qu’on aura certes préféré écouter sur un piano acoustique) achèvent de faire de cette production une des plus réussies. Signalons que, comme c’est souvent le cas pour des spectacles complets aboutis, cette Belle Hélène fera le bonheur des adultes, mais aussi des enfants.
Mis à jour le 03/05/2010
VOTRE AVIS
Donnez votre avis sur ce spectacle


Publicité
PARTENARIAT
PUBLICITE